Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

En travaux Accueil Menu Un peu d'histoire 1 Un peu d'histoire 2 Un peu d'histoire 3 Menu photo Diapo Colle noire / oursinières Diapo centre ville Diapo la Garonne Diapo les Bonettes Diapo pin de galles / monaco Diapo vue aerienne Diapo voisins Gros plan Gros plan 2 Livre d'or Copinage ML Fonds d'écran Liens 

Un peu d'histoire 2

Un peu d histoire

De la renaissance à la Révolution

'

1481 - La Provence devient Française

- Nous voici très certainement devant l'un des événement les plus marquant de notre histoire... Pire que les invasions et les épidémies de peste, ce triste épisode va contribuer à la perte de l’indépendance des provençaux et ce, sur une belle couillonnade !!! La Provence est alors sous le règne du Roi René d'Anjou, comte de Provence depuis 1434 et il est considéré comme un bon gestionnaire et contribue grandement à la prospérité du comté. En 1474, Palaméde de Forbin persuade le Roi René de signer un testament qui fera, à sa mort, Roi de Provence Charles III du Maine. La couillonnade arrive.....il est stipulé que si Charles III meurt sans descendance, la Provence sera réunie à la France. Le Roi René meurt lors de l'été 1480 et Charles III devient Roi de Provence à son tour. Mais il est faible, malade et décède à son tour en décembre 1481.....sans descendance !!! Et voila comment Louis XI, devient Roi de France et de Provence, à condition qu'il respecte et maintienne " les pactes, conventions, privilèges, libertés et franchises, statuts, chapitres, exemptions et prérogatives et aussi les us, rites, mœurs, styles et louables coutumes de la Provence", selon le testament de Charles III. Ce contrat sera entériné en 1487 et déposé chez un notaire Aixois. Ainsi naissait la Constitution Provençale. - Il est intéressant de souligner le fait que c'est la première fois qu'un Roi de France accepte de régner sur un territoire non pas de "droit divin", mais par contrat écrit. Cette constitution va même plus loin que le testament de Charles III, puisqu'elle définie la Provence comme co-état indépendant, le Roi étant seulement reconnu en tant que Comte de Provence. La Constitution affirme également l'autonomie judiciaire Provençale et établit de fait un régime de Droit qui garantissait les libertés individuelles mieux qu'en France. - Malgré toutes ces précautions, la colère gronde et de nombreuses revendications autonomistes éclatent. Cet état d'esprit se répercute jusque chez les troubadours, dans un sirvente (chant satirique ou belliqueux) d'Aimeri de Péguillan : "Ah ! Provence, tu as perdu joie, bonheur, gloire, repos, en tombant dans les mains de ceux de France. Mieux vaudrait que nous fussions tous morts !". - L'histoire leur donnera raison et il ne faudra pas longtemps pour que les Rois de France substituent à la Constitution Provençale une organisation identique à celle des autres provinces de France afin de pouvoir soutirer plus d’impôts, d'imposer la construction du Parlement d'Aix en 1501 afin de faciliter les échanges.... C'est le début de l'état centralisé et de la perte de l’identité provençale. Voici comment se termine le Moyen Age....

- Le XVIeme siècle commence dans la terreur. La Provence sera envahie à plusieurs reprises, notamment par le terrible Turc Kayr al-Din, alias Barberousse en 1531. - La culture du murier se développe peu a peu dans notre région pour l'obtention de la soie, si bien que quelques plantation seront réalisées au Pradet. La culture de câpres se développe également.

- En 1534, François 1er désigne une commission pour réformer la justice Provençale, qui aboutira en 1535 avec l'édit de Joinville. Celui-ci enterrera définitivement le contrat passé en 1487. La Provence rentre alors dans le moule administratif de la centralisation monarchique française qui verra jusqu’à la Révolution la multiplication des offices de justice pour remplir les coffres du fisc royal. En 1539, ce même François 1er élaborera un texte législatif fort de 192 articles afin de réformer le Royaume. Il s'agit de l'ordonnance de Villiers-Cotterêts qui est certainement l'un des plus ancien texte encore appliqué de nos jours. Cette ordonnance est surtout connue par le fait qu'elle impose le Français (au lieu du latin) comme langue officielle, notamment dans le droit et la justice. - En 1562, commence en Provence ce que l'on appellera les "guerres de religion". Ces massacres dureront jusqu'en 1598 et l'un des épisode les plus marquant est certainement le massacre des protestants de la Saint-Barthélemy en 1572 par les catholiques. Après cette date, on peu penser que la religion n'est plus l'unique raison de se battre, tant la haine et la rancœur sont forte au sein de la noblesse. Les populations sont soumises à rude épreuves et les épidémies de peste sévissent toujours. - Nous voici maintenant en 1576. Le moulin à farine de La Grenouille est entrainé par un canal qui amène l'eau du Gapeau de La Crau jusqu'au Pradet. Ce canal profitait également à de nombreux paysans qui y cultivaient un bout de jardin à proximité. Malheureusement, depuis près d'un siècle, la Ville d'Hyères (qui comprend alors les quartiers de La Crau et de Carqueiranne) tente de s'accaparer de cette source. Elle négocie alors avec le seigneur de La garde les droits de la source contre les versants nord et ouest du massif de la Colle Noire. Celui-ci accepte, espérant utiliser l'eau de la source située à la Foux pour alimenter le moulin. Les paysans intentent un procès et en 1580, les habitants de La Garde peuvent continuer à user l'eau de cette source comme parle passé. - Nos ancêtres subiront encore de nombreuses épidémies de pestes et devront se soumettre au dur régime imposé par Le Roi de France, le pouvoir absolu (impôts, guerres à répétitions...). La colère gronde... les Pradétants sont excédés et réclament une chapelle au Pradet, ne pouvant se rendre à La Garde lorsque le plan est en crue. Ils utilisent une petite chapelle, prêtée gracieusement par la famille Laincel. En 1788, quelques personnes s'unissent en syndicat et proposent d'acheter puis de céder à la communauté un terrain pour y bâtir une chapelle. - La misère, la famine et les brimades entraineront la révolution de 1789. Elle débutera à Toulon le 22 mars 1789 et à La Garde le 24 mars. 1790 marque la naissance du département du var.

Naissance du Pradet

- 1791 : Le terrain est finalement acquis aux enchères mais le construction de la chapelle est refusée. Une partie des terrains sera alors partagée entre les membre du syndicat et de nombreux commerces vont voir le jour. Le hameau du Pradet vient de naitre, mais ils devront continuer à utiliser la chapelle mis à leur disposition au Chateau.- 1818 : Création de la 1ere école.- 1826 : Création du chemin de La Garonne à initiative de Mr Cavelier qui céda une partie de son terrain. Une cotisation des habitant permis de réaliser les travaux.- 1827 : La chapelle est trop petite et en mauvais état. Une nouvelle demande est alors faite. Les doléances sont simples : une chapelle et des voies de déplacement en bon état car il est très difficile pour les Pradétans de se rendre à La Garde (administration, école....).Aucune amélioration malgré l'accroissement de la population qui se monte à 800 habitants.- 1830 : Le conseil municipal de La Garde prévoit l'achat d'une parcelle quartier Bellevue pour y bâtir un cimetière, mais aucune somme n'est prévue par le conseil municipal.- 1835 : Las d'attendre, l'abbé Chavignot achète avec ses propres deniers une parcelle quartier Bellevue et le cimetière du Pradet voit le jour. Il n'est désormais plus besoin de se rendre à La Garde.- 1841 : L'emplacement destiné à la construction se réduit considérablement. De nouvelle demandes de construction sont demandées et l'accord est enfin donné. Le terrain restant va servir de place et plusieurs familles donneront le terrain nécessaire pour la construction de l'église. Les travaux débuteront en 1843.- 1844 : Les Pradétans ont enfin leur lieu de culte. - 1847 : Implantation du premier médecin.- 1850 : Le premier service de transport en commun voit le jour. Il est à l'initiative d'un particulier et relie Le Pradet à Toulon. On sent alors chez la population un profond désir d'indépendance, d'autonomie. D'ailleurs, de nombreuses pétitions vont en ce sens :Plainte contre les Gardéens que les Pradétans accusent de faire main basse sur le bois de la Colle NoireSéparation du Pradet et de La Garde, les motifs sont nombreux : excentricité, autosuffisance alimentaire, capacité de commerce et de transport fonctionnels, Mauvaise gestion des impôts, les Pradétans payent mais doivent se cotiser pour subvenir à leurs besoins (place, terrain de l'église, cimetière, chemin de la Garonne...).- 1862 : Première exploitation de la mine de cuivre de Cap Garonne.- 1863 : Pas de chance, l'église s'écroule car bâtie sur un sol trop meuble. L'histoire se recommence, et ce sont une nouvelle fois des Pradétans qui cèdent les parcelles nécessaires à la construction d'une nouvelle église. Les travaux débutent dans la foulée et elle sera debout l'année suivante, en 1864. On peut dire que cette tentative sera la bonne, puisqu'elle est encore debout aujourd'hui !!!- 1871 : Paul Flamenq, Consul et Adjoint spécial tente d'extraire le Pradet de La Garde. Cela ne plait pas à tout le monde, et il sera démis de ses fonctions en 1874.- 1884 : Paul Flamenq est réintégré et reprend son combat de haute lutte. - 1886 : Construction du Fort de la Colle Noire.- 1889 : Construction du fort de la Gavaresse.